DOSSIER PEDAGOGIQUE Provisoire

Anahi et Iorhanne sont deux circassiennes, elles ont fait plusieurs écoles de cirque et se sont finalement rencontrées à l’ENACR (École nationale des arts du cirque de Rosny-Sous-Bois). C’est là qu’elles s’aperçoivent qu’elles ont des interrogations et des incompréhensions communes. L’une a pour langage la contorsion et un cerceau aérien, et l’autre un trapèze Washington et des mots qu’elle ne peut s’empêcher d’exfiltrer de sa bouche. Toutes deux aiguisent leurs sens de la narration et les moyens de « donner à voir » des points de vue et ce que l’on met en lumière.
À l’heure où l’information circule plus vite que son ombre et où le fait de savoir remplace l’envie de comprendre, PROViSOIRE interroge le vrai et nous engage sur la réflexion de nos constructions individuelles.
Le trapèze Washington de Iorhanne (trapèze que l’on fait sur la tête) donnera la mesure de ce qui sépare le sol de l’air, la terre du ciel, et utilisera tout son potentiel métaphorique, entre pendule et balançoire…

Partager :